Au nom du pire – Thierry Pardo

8,00 

Dans ce petit livre pamphlet à la thèse audacieuse, Thierry Pardo propose une critique du système scolaire actuel, de ses écueils et de ses limites grâce à une comparaison pertinente entre le fonctionnement de l’école et celui de l’église.

292 en stock

UGS : 9791091865036 Catégories : , ,

Description

Présentation du livre

Toutes les sociétés s’articulent autour de grands récits. Mythes, légendes, épopées héroïques marquent les repères nécessaires pour donner tout à la fois les leçons du passé et une direction pour l’avenir. Au registre de ces grands mythes fondateurs et prometteurs, la réussite par l’école est sans doute un des plus puissants. Il paraît dès lors important de comprendre ce qui, dans la scolarisation, relève du mythe, de la foi et comment cette dernière est entretenue à la manière d’une religion d’État. Il s’agit de saisir comment loin d’invalider des récits invérifiables, l’école remplace dans l’esprit de chacun les espérances que faisait miroiter la vie pieuse d’antan. Dans ce petit livre pamphlet, Thierre Pardo propose de montrer que l’école fonctionne comme une église, utilisant les mêmes leviers, les mêmes règles contraignantes pour ramener dans le droit chemin la brebis égarée ; et comment elle utilise sa promesse de rédemption pour exiger obéissance et fidélité de la part des enfants et de leurs parents, organisant comme l’église d’autrefois toute la vie de la paroisse, à l’intérieur et à l’extérieur de ses murs.

Présentation de l’auteur

Thierry Pardo, est titulaire d’un Ph.D. (doctorat) Éducation et s’intéresse depuis longtemps à l’éducation en dehors du cadre de l’école. Il est chercheur indépendant associé au Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté de l’Université du Québec à Montréal. Il a été membre du comité socio-scientifique des Congrès mondiaux d’éducation relative à l’environnement (Marrakech 2013, Göteborg 2015). Il a fait partie pendant quatre années de la Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l’environnement sous la direction de Lucie Sauvé. Thierry Pardo a été également formateur pour la Commission Jeunesse de l’Union européenne. Aujourd’hui, il se consacre entièrement à l’écriture, aux conférences et formations à travers le monde francophone. Écrivain-voyageur, il partage dans ses livres les interstices de liberté et de poésie que l’on peut encore débusquer dans cette époque étriquée. Enfin, il est également professeur d’Aïkido et, surtout, papa de deux garçons.

Ce livre est le premier livre de Thierry Pardo paru dans la collection Hic sunt Dracones avec Quelques instants d’éternelle errance (2021), De la piraterie en éducation (2021) et Seul pour apprendre (2022).

Extraits

Il existe plusieurs raisons d’envoyer chaque matin son enfant à l’école mais aucune ne concerne son éducation. Le lecteur attentif comprendra mieux mon propos s’il ne perd pas de vue que l’école dont il s’agit ici est celle que l’on qualifie de traditionnelle ou classique voire d’alternative, en somme de toutes ces écoles organisées par l’adulte. Les écoles démocratiques, les centres d’apprentissage libre échappent en majeure partie aux observations critiques qui seront présentées dans ce livre. Après bien des années de réflexions et de discussions sur l’aventure éducative, j’ai solidement enraciné en moi une conviction : arguer que l’école est un lieu voué à l’émancipation des enfants relève de la croyance sociale et cette croyance est tout à fait comparable à une foi n’ayant jamais à faire la preuve de son ancrage dans la réalité. Aucun fidèle n’a véritablement besoin d’une manifestation divine tangible, de résultats palpables, pour fréquenter temples, mosquées, synagogues… ou écoles. Lorsqu’un parent cherche à persuader son enfant des bienfaits de l’école, il lui annonce qu’il va y apprendre des quantités de choses et se faire des tas d’amis. Bien sûr cette promesse de parent est invérifiable pour le moment. En revanche il suffit de visiter une école le jour même pour s’apercevoir immédiatement de l’ordre, de la consigne, de l’assignation des enfants à une chaise, une table, une classe, une tâche… Envoyer chaque matin son enfant à l’école se fait au nom d’une espérance invérifiable et en taisant, ou en faisant passer pour allant de soi, tout ce qui serait immédiatement vérifiable, c’est-à-dire le dispositif de la discipline scolaire que chaque jour, chaque mois, chaque année un enfant devra subir. Jusqu’à lors, il n’y avait guère que le religieux et peut-être le politique qui pouvait autant contraindre sur la base d’une promesse de bonheur dans une autre vie.

Informations complémentaires

Poids 0,06 kg
Dimensions 0,5 × 8 × 11 cm
Année d'édition

2020

Nombre de pages

76

Auteur

Thierry Pardo

Vous aimerez peut-être aussi…